DIY Couture : Sacs « à vrac » réutilisables

J’ai décidé de faire un petit pas de plus dans ma démarche écocitoyenne, en remplaçant les sacs plastiques distribués au rayon « fruits et légumes » de mon supermarché par des sacs réutilisables en tissu.

Je suis très heureuse de vous proposer un tutoriel pour réaliser vous-même vos propres « sacs à vrac ».

DIY Couture : Sacs à vrac

Lire la suite

Tapis narratif : Quand couture rime avec lecture !

Avez-vous déjà entendu parler des tapis narratifs ?

(Cet outil pédagogique très prisé des assistantes maternelles, instit,  conteurs…)

montapispetitpoissonblanc

Ma belle-sœur est professeur des écoles et dès sa rentrée, elle m’a confié un petit rêve… Trouver un tapis pour animer l’histoire de « Petit Poisson Blanc » à ses élèves. Elle avait repéré cette idée sur Pinterest et regardait jalousement ces fameux : « tapis narratifs », « tapis à histoire » ou encore « raconte tapis ».

Cette confession n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde… Lire la suite

Couture : Housse et passepoil

Voilà un basique indémodable et hyper confortable !

IMG1

Pour les spécialistes du mobilier suédois, il ne s’agit pas du fauteuil Poang d’Ikéa, mais d’un modèle très similaire proposé Conforama. J’ai voulu le rénover pour qu’il retrouve un peu de dignité et qu’il ait fière allure dans notre salon. Le bois était en effet devenu un peu terne et la housse défraichie, un peu trouée. Sans parler du ton du ton (blanc de la housse sur blanc des murs) qui le rendait un peu fade.

Dans ce post Couture #2 vous aurez droit cette fois à toutes les étapes de réalisation avec une attention toute particulière sur la pose du passepoil qui est la technique vedette de ce projet. Encore une première pour moi !

 

Le Passepoil :

Le passepoil c’est un cordon revêtu de tissus qui permet de mettre en relief et souligner les courbes et coutures de vos ouvrages, c’est pourquoi on utilise souvent des tons qui contrastent avec celui du tissu principal.

 

Mon tissu : Récup’ à base d’une housse de canapé en coton, couleur anthracite, que j’avais commandée et qui en fin de compte ne s’est pas du tout adaptée à mon canapé. « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ! »

Mon passepoil : “La Droguerie”,  une boutique d’articles de mercerie et autres articles de création (bijoux etc.…), il y a à une a Toulouse mais je sais qu’il y en a aussi ailleurs en France [*Voir en fin d’article] J’aurais bien aimé utiliser un passepoil de couleur pour ma housse mais comme je n’ai pas eu de coup de cœur en boutique, je me suis rabattue sur un gris clair pour contraster avec l’anthracite de mon tissu.

[Note : Il est recommandé d’avoir lavé le tissu et si possible de le repasser avant de commencer nos bricoles en couture… (Ce que je n’ai pas fait, et ce n’est pas bien du tout !)]

 

Fabrication :

1. J’ai d’abord démonté le fauteuil entièrement pour m’occuper de l’armature bois (ponçage vigoureux pour éliminer l’ancien vernis er raviver le bois + Application d’un vernis, mat et incolore, en 3 couches.

2. Plutôt que de m’embêter à mesurer et dessiner un patron, j’ai utilisé la housse d’origine posée à plat sur mon tissus pour dessiner grossièrement les contours de la future housse sur l’envers du tissu anthracite. Ceci dit, je ne vous encourage pas à procéder comme je l’ai fait ! C’est un flagrant délit d’impatience qui est plutôt risqué. Il vaut quand même mieux prendre quelques minutes pour faire les mesures et se munir d’une règle et d’une équerre lors du tracé.

Pour visualiser la chose…  :

  • Le recto de la housse (face du fauteuil) sera en un seul morceau (“A”).
  • Le verso (dos du fauteuil) sera quant à lui divisé en deux morceaux lors du découpage (“B” pour le grand et “C” pour le plus petit) de manière à former comme sur le modèle d’origine, une ouverture en “portefeuille” pour glisser la housse sur le squelette du fauteuil. (Je calcule environ 6 cm de superposition des tissus pour la partie portefeuille.) Il faut donc lors du tracé du verso (dos) ajouter 12 cm à la longueur (6 cm pour le portefeuille + 2 x 3 cm de marge de couture pour les ourlets)

IMG1bis

3. On découpe le tissu à environ 2 cm du tracé pour conserver la marge de couture.

  • Découper les contours du recto.
  • Puis découper les contours du verso et diviser en deux en prenant pour repère, l’emplacement du “portefeuille” sur la housse d’origine (Penser aux 3 cm de marge de couture pour les ourlets (Comme sur le schéma)

IMG2 tracé

4. Positionner le passepoil sur l’endroit du recto “A” en calculant de commencer la pose à l’endroit ou il y aura le pli assise/dossier (prendre pour repère le pli marqué par usure sur la housse d’origine) et ce, afin de dissimuler le raccord du passepoil.

IMG3 passepoil pose

Épingler sur toute la longueur en soignant bien le raccord pour qu’il soit le plus discret possible. Et enfin coudre à l’aide d’un pied de biche spécifique si on en possède un, sinon on peut très bien utiliser un pied de biche pour fermeture éclair (souvent fourni dans les accessoires). C’est ce que j’ai utilisé et cela fait très bien l’affaire !

IMG4 raccord et couture

5.  Pour les finitions du « portefeuille », former un ourlet sur la largeur de “B” et “C”. Épingler et coudre avec le pied de biche classique.

IMG5 ourlet B et C

6. Assemblage de “A”, “B” et “C” :

  • On pose le recto “A”, endroit visible, bien à plat, sans pli. (On identifie l’orientation : Où sera le haut du dossier, où sera le bord de l’assise ?)
  • On pose (sur “A”), le verso “C”, envers visible, ajusté côté assise.
  • On pose (sur “C”), le verso “B” envers visible, ajusté côté dossier
  • On ajuste le tout de façon à ce que les marge de couture des trois tissus soient respectées et ajustées  tout autour de l’ouvrage. Puis on épingle tout ensemble.

IMG6 assemblage

Pour une finition parfaite, ne faut pas se précipiter. Coudre  lentement et  très minutieusement en utilisant le pied de biche spécial. La couture doit être au plus près du cordon du passepoil (sans passer dessus) et c’est là l’étape la plus critique car on coud “à l’aveugle”. Étant donné qu’on travaille sur l’envers, c’est seulement au toucher que l’on guide l’ouvrage en fonction de la position supposée du cordon passepoilé sous le tissu. On se concentre donc ! Si vous avez faim, faites un pause, si vous êtes fatigué faites une petite sieste et si vous avez envie de faire pipi…. C’est le moment !

Coudre du passepoil ce n’est pas une science exacte mais si cela peut vous aider à appréhender la chose, je veux bien décrire la façon dont je m’y prends :

Je m’installe à la machine et je positionne ma couture en commençant par le raccord du passepoil. Je répartis mes doigts de la main gauche du côté gauche, et ceux de ma main droite du coté droit, de part et d’autre du cordon tout près voire carrément collée pied de biche afin de guider l’ensemble le plus précisément possible. Je n’hésite pas à m’aider de mes ongles pour bien “mouler” le tissu sur le cordon, le rendre plus visible et que la couture puisse vraiment se situer au plus près du cordon. Dans le cas de la housse, on termine la où on a commencé, c’est-à-dire au niveau du raccord. Il n’y a plus qu’à faire quelques points en arrière pour arrêter la couture.

IMG7 couture à l'aveugleBien ! C’était un peu long, mais pas si sorcier !

 

Quand c’est terminé, on retourne l’ouvrage sur l’endroit (grâce à l’ouverture en portefeuille) et on voit enfin le résultat ! Examinez le passepoil, s’il y a des défauts trop visibles, il n’est jamais trop tard pour quelques retouches. (Toujours sur l’envers les retouches par contre

Pour ce modèle je devais prévoir des trous dans la housse pour les vis de montage :

Glisser le squelette dans la housse pour prendre vos repères. Marquer avec un crayon des repères là où il faut percer des trous (il y avait des œillets métalliques sur ma housse d’origine), ressortir le squelette et coudre des boutonnières pour que les vis puissent traverser le tissu sans l’endommager.

IMG8 montage fin

Voilà à présent que tout est prêt, il n’y a plus qu’à reconstituer le fauteuil. D’abord assembler le squelette et les mousses dans la housse (pour ma part j’ai gardé la housse originale sous ma nouvelle housse) puis monter le tout sur l’armature en bois.

Je me suis tellement régalée que j’ai également fabriqué un coussin à motifs pour donner du caractère à ce fauteuil désormais tout beau, tout neuf !

IMG9 terminé

Testé et visiblement approuvé par miss Nefer

 

 

Couture : Gigoteuse et appliqué inversé

Pour la venue au monde de ma nièce, je tenais absolument à offrir un cadeau de naissance « fait-main » et comme j’avais vraiment très très envie d’utiliser ma machine à coudre, je me suis lancée tête baissée dans la confection d’une petite gigoteuse (« turbulette » pour certains !) .

download_20141221_094809

J’ai malheureusement perdu les photos des différentes étapes de la fabrication. Elles avaient été enregistrées sur l’ordinateur que l’on m’a dérobé lors du cambriolage de mon appartement… Cet article sera donc bien plus sommaire que je ne l’avais imaginé. Snif 😥

La bonne nouvelle c’est que j’ai quand même retrouvé des traces du résultat (presque) final.

Je me fait donc un plaisir de les partager avec vous :

Gigoteuse

Et surtout…

Vous allez pouvoir malgré tout découvrir un Tutoriel Vidéo de la technique utilisée pour l’étoile orange tout douce !

« Tuto couture #1 : L’appliqué inversé »

Et avec les chutes des différents tissus, j’ai complété le cadeau par une guirlande de fanions assortie.

IMG_20140530_210028

Je me suis bien amusée 😉

Rentrée Project Life « à ma façon » !

Il y a bien longtemps que ma maman de m’achète plus de nouveaux cahiers et de nouveaux stylos tout neufs mais par nostalgie, j’ai conservé à l’approche de la rentrée, ce besoin infantile de me remettre sur le chemin de l’école en réorganisant mon quotidien. Le mois de septembre reste donc pour moi une période propice au renouveau. Bien plus que la nouvelle année civile ! C’est pourquoi, après des mois d’hésitations, j’ai décidé de m’embarquer dans un Project Life “à ma façon”.

 

Moi qui n’osais pas face à la contrainte de devoir scrapper avec régularité,  je me suis finalement rendu compte que je faisais un petit blocage avec mon album de scrap’ classique et qu’il serait finalement plus facile pour moi de scrapper les petits rien du quotidien chaque semaine plutôt que de devoir choisir quel moment de ma vie allait être suffisamment important pour trouver sa place sur une grande page.

Je dois par ailleurs vous avouer que mon téléphone déborde de photos prises sur le vif, au jour le jour et que dans la vie je n’aime pas trop faire des choix. Si chaque minime détail ou anecdote de ma modeste vie trouve sa place dans un « Project Life », alors oui, je suis partante à 100% !

Bon, en théorie je crois que le terme “Project Life” est une marque déposée donc je ne sais même pas si j’ai vraiment le droit de l’utiliser ici étant donné que je compte m’inspirer du concept en me passant de toute la panoplie de produits proposée par la marque de Becky Higgins et dont voici un aperçu rapide :

PL
Résultat attendu :

 

Comme déjà dit dans mon premier post sur le “Scrapbooking”, personnellement je n’ai jamais aimé ce côté “plastique”, des pochettes dédiées au scrapbooking. Elles sont d’autant plus utilisées dans les “Project Life” puisque c’est ce qui fait l’unité du projet ! En revanche, je trouve l’utilisation des cartes super sympa ainsi que l’idée de scrapper son quotidien semaine après semaine. Alors je me lance !

Recette du Project Life « à ma façon » :

Support alternatif : Goldline – Clairefontaine (Spirales ; A5 ; Portrait) *

Objectif : 1 carnet par an ; de Septembre à Août **  ; une double page par semaine

Démarrage du projet : Semaine du 1er au 7 septembre 2014

 

* Après avoir d’abord acheté un “Carnet créatif »  – « Au jour le jour”  de la marque Toga (plus grand avec un format un peu “bâtard”), je me suis finalement rabattue sur ce modèle de carnet commercialisé sur le long terme car facile à retrouver d’une année sur l’autre.

(Ça c’est mon petit côté psychorigide qui ressort !)

** Petite “entorse” pour le premier carnet : Je vais exceptionnellement commencer par une petite parenthèse au sujet de notre semaine de vacances qui remonte au mois d’Août.

(Ça c’est mon coté « tête de mule » qui ressort !)

DIY : Déco murale, sans trous, ni vis !

(Idées déco dédiées aux locataires. Pour embellir nos murs sans faire de trous !)

Vue mon assiduité, les lecteurs qui ne sont ni ma famille, ni mes amis ne le savent sûrement pas mais on a déménagé fin octobre 2013.

Moi qui ai habituellement un faible pour les appartements un peu atypiques avec une âme et une histoire je me retrouve dans du archi-neuf puisque notre nouvelle résidence date de 2012 !

Il n’y a eu qu’un seul locataire avant nous qui n’a pas touché aux murs. Nous avons donc hérité de la peinture d’origine qui a le mérite d’être neutre : un blanc parfaitement immaculé ! En ce qui nous concerne nous n’avons pas envie de prendre de risques en tant que simples locataires…

Mais bon moi le blanc, je trouve ça un peu trop… Blanc !!!

… Alors je déclare l’opération « SOS murs blancs » ouverte !

Idée #1

Mon premier projet fut notre pièce bonus qui me sert de bureau-atelier.

Dans cette pièce je voulais de la couleur !!!!  A la fois flashy et rétro, j’ai opté pour du orange, plusieurs nuances de bleus, du vert, du prune et enfin du jaune moutarde !

Chez Cultura je suis allée me fournir en papiers unis avec ou sans textures et d’autres avec des gros motifs tendance géométrique (Il faut compter entre 0,50 et 1€ la feuille 30×30).

Toujours chez Cultura, trouvé en “big promo” ! : Dessous de plat + 6 dessous de verre de forme hexagonale en medium brut (à peindre). J’en ai pris 5 lots ! Soit 5 gros hexagones et 30 plus petits au total pour la modique somme de même pas 15€ hors promo.

 

IMG_20140502_180931bis

Matériel nécessaire :

  • Des supports (formes en bois ou medium)
  • Des papiers épais colorés (type papier scrapbooking)
  • Crayon, gomme, ciseaux, cutter, pinceaux …
  • Peinture acrylique
  • Colle
  • Pâtafixe

 

Pas à pas :

  1. On commence par découper les papiers de couleurs aux dimensions exactes de nos hexagones en medium. (On trace au crayon les contours et on découpe).
  2. On se lance dans le premier mélange de peinture (acrylique) jusqu’à obtenir la même teinte que la teinte dominante du premier papier choisi.
  3. On peint les bords des hexagones de medium qui accueilleront le papier en question en débordant un peu pour garder une légère marge d’erreur dans la découpe du papier… Et on répète l’opération pour chaque nuance choisie.
  4. Une fois la peinture sèche, on colle le papier sur l’hexagone avec une colle adaptée au bois et au papier (Toujours la Cléopâtre dans mon cas… elle ne me lâche plus, un vrai pot-de-colle !  😉
  5. Après séchage complet, on retaille les bords du papier si nécessaire et enfin, on dispose comme on veut sur le mur avec des points de pâtafixe. Tout simplement !

Et voilà le résultat !

hexa

Étant donné que notre pièce est polyvalente et qu’elle reste en permanence ouverte à cause des chats, mon idée était d’égayer le mur que l’on voit depuis le couloir et qui est accessoirement aussi le mur devant lequel je travaille lorsque je suis installée à mon poste.

Mais comme c’est aussi par sa fonction une pièce qui n’est jamais parfaitement rangée je ne voulais pas accentuer le désordre avec une déco trop “carré”… j’ai donc créé un mouvement qui déborde jusque sur les murs de gauche et de droite…

L’avantage de cette déco c’est qu’elle est toute simple, peu coûteuse et totalement amovible : Vous pouvez changez la disposition selon l’humeur, selon la saison et même l’emporter dans vos cartons quand vous déménagerez !

Est ce que ça vous plait ?

Enregistrer

Enregistrer

DIY : Bola de grossesse

Tout à commencé le jour où une collègue m’a parlé du « Bola » qu’elle avait porté durant sa grossesse.

Je n’avais personnellement jamais entendu parlé de cet objet.

Le Bola est un bijoux de grossesse à porter sur le ventre. Sa forme la plus courante et basique est un boule à l’intérieur de laquelle une bille roule sur un minuscule mécanisme et émet ainsi un léger tintement très doux semblable à celui d’un petit xylophone. L’origine de cet objet serait apparemment indonésienne et d’après les croyances, les vertus de ce son perceptible par le fœtus dés le 5ème mois se poursuivraient après la naissance. Le bébé reconnaitrait ce son familier qui aurait donc tendance à l’apaiser.

Je ne sais pas si cela fonctionne réellement, mais même au delà de toute croyance, je trouve que c’est un beau bijoux, et un cadeau original que nous avons donc choisi d’offrir à Marianne (ma belle-soeur)  à Noël, au cours de son 4ème mois de grossesse.

J’ai donc commandé la base : Un Bola assez épuré (Ici un modèle « Luna » en argent 925).

Et pour en faire un beau bijoux à l’image de celle qui allait le porter, nous l’avons monté sur un ruban liberty et agrémenté avec diverses perles et breloques toutes mignonnes.

Résultat en images :

Image

Enregistrer