Application : « 1 Second Everyday »

concept-pour-les-apps-mobiles-44378927Ce mardi, c’est Geekerie !

1Second Everyday (1SE) est une application gratuite, disponible sous iOS et Android, que je rangerais dans la même catégorie qu’Instagram ou Snapchat mais sans le « social ».

1selogo

Le principe, c’est de filmer un moment de sa journée pour n’immortaliser qu’une seule seconde par jour dans l’application. Il est cependant permis de sélectionner 1,5 seconde au lieu d’une seule ou de remplacer 1 seconde de vidéo par une simple photographie.

Vous pouvez ensuite extraire ces souvenirs par période (1 an, 1 mois, ou de la date de votre choix à la date de votre choix) sous forme de montage vidéo réalisé automatiquement par l’appli au format mp4.

unnamed

A la différence d’Instagram ou de Snapchat qui permettent de modeler à sa guise la capture (choix du format fixe ou animé avec ou sans le son, durée de la capture, durée d’affichage, nombre de publication illimité au quotidien, etc.), ce que j’aime dans 1 SE c’est sa dimension existentielle.

D’un côté il y a celui qui doit choisir 1 seconde à immortaliser parmi les 86400 secondes de sa journée.

Pour m’être prêtée à cette expérience, les questions que l’on se pose sont multiples ! « Vais-je mettre en scène cet instant ou vais-je montrer la réalité ? » « Qu’ai je envie de mettre en avant ? Un mouvement ? Un son/bruit ? Une lumière ? Une ambiance ? Une émotion ? Une sensation? ».

Cette réflexion chemine en nous et nous oblige à nous questionner : « Si je devais ne retenir qu’une seconde pour me souvenir de cette journée… ? ». Elle nous entraîne à la gratitude et nous ramène à la dimension éphémère de chaque instant.

Et de l’autre côté il y a celui qui regarde.

On ne se rend peut-être pas compte mais moins de 2 secondes c’est très peu pour le cerveau humain. Il a tout juste de temps de voir et de ressentir mais n’a pas vraiment le temps d’analyser ni de réfléchir puisqu’il doit déjà passer à la seconde suivante. Tout l’enjeu émotionnel se situe donc dans l’instant présent.

Pour comprendre je vous laisse découvrir le résultat 1SE de mon mois de septembre :

C’est mon premier mois d’utilisation, certains passages sont un peu lents car les trois quarts de mes micro-vidéos duraient 1,5 secondes, maintenant je suis plus à l’aise avec le format 1 sec.

Jouer le jeu donne plus de rythme au montage final, le mois d’octobre devrait donc être un peu mieux réussi.

Le concept de 1SE m’a plu, donc je vais continuer en octobre voire plus… j’aimerais bien tenir toute une année pour voir le résultat en 365 secondes. Je suis très curieuse…

Vous connaissiez cette appli ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Tout savoir (ou presque) sur la lecture numérique !

La lecture des histoires et romans sert à tuer le temps de deuxième ou troisième qualité. Le temps de première qualité n’a pas besoin qu’on le tue. C’est lui qui tue tous les livres. Il en engendre quelques-uns. [Paul Valéry]

Il y a un peu moins d’un an, j’ai recommencé à lire.

Au départ c’était surtout un moyen de tuer le temps ( la faute à une grève des transports particulièrement longue…).

A ce moment là, ma copine Émeline partageait avec moi quelques romans en .pdf que je lisais sur mon smartphone. Ce n’était pas le top, surtout pour mes yeux, mais ça avait le mérite de ne pas être encombrant et de m’aider à patienter.

Par le passé, on m’avait proposé plusieurs fois de m’offrir une liseuse électronique mais j’avais encore une aversion pour la dématérialisation à cette époque. Quelques années plus tard et compte tenu de mon train de vie, l’aspect pratique de l’outil a fini par me séduire et c’est en juin dernier que j’ai finalement fait l’acquisition d’une liseuse.

Mon choix s’est tourné vers une Kobo qui venait tout juste de sortir : La Kobo « Glo HD ». Compatible avec de nombreux formats et une technologie d’affichage avancée par rapport à ses concurrents. Super rapport qualité/prix selon moi (129€).

Si vous souhaitez en savoir plus je vous laisse le lien des caractéristiques produits + test complet par le site « lesnumeriques.com » : ICI

kobo

Après plus de 6 mois d’utilisation je suis vraiment très contente de mon choix.

Ma seule déception ne concerne pas le produit mais le business du livre numérique dans son ensemble et ce, pour plusieurs raisons :

Tout d’abord il faut savoir que le prix d’un ebook est le même que celui de la version papier en librairie. (Heureusement pour moi, mon débit de lecture n’est pas prêt de me ruiner !). Cette remarque est valable pour les sorties littéraires, un peu moins pour les ouvrages qui commencent à dater. J’ai par exemple pu m’offrir « Le Petit Prince » pour même pas 1€ symbolique. Et puis si l’on possède dans son entourage d’autre lecteurs équipés de liseuses il est possible de limiter les dépenses en s’échangeant quelques supports.

A condition d’être attentif à un petit détail…

 

 

Les DRM (Digital Right Management) .

Il s’agit d’un dispositif de protection dont le but est de contrôler l’utilisation qui sera faite d’une œuvre numérique grâce à un système de chiffrement et d’accès conditionnel. Dans le domaine du livre numérique il s’agit surtout de restreindre la lecture du ebook à une seule marque constructeur ou un seul vendeur.

Cela signifie que si vous téléchargez le contenu qui vous intéresse via la librairie proposées par votre liseuse vous vous retrouverez probablement avec un ebook qu’il vous sera impossible de partager avec un ami possédant une autre marque de liseuse que la vôtre. Ou bien imaginez que votre liseuse vous lâche et que vous souhaitiez en racheter une mais pas de la même marque… et bien vos ebook que vous aviez pris la peine d’acheter légalement seront irrécupérables à cause des DRM et vous serez obligé de racheter chacun d’eux pour les avoir sur votre nouvelle liseuse. Ah oui… De suite, ça vous pose un peu plus problème vous voyez.

Ces pratiques sont pointées du doigt car elles sont accusées d’engendrer des situations de monopoles et de non concurrence. Autrement dit, et malgré ce que leur nom pourrait laisser entendre, les DRM sont une contrainte technique non légale qui pose par ailleurs des problèmes éthiques et juridiques.

L’utilisation de DRM est en effet contraire à bon nombre de droits comme notamment celui de la copie privée et d’un point de vue éthique, il est à noter qu’ils peuvent constituer une atteinte à la vie privée, dans la mesure où l’analyse statistique des contenus auxquels les utilisateurs ont accès nous fait évoluer vers une informatique toujours plus restrictive et surveillée. Enfin, l’énorme contradiction dans toute cette histoire, c’est que finalement, le dispositif pénalise avant tout les consommateurs honnêtes, étant donné que les contraintes liées aux DRM ne touchent que les utilisateurs achetant légalement leurs produits.

drm

 

Vous comprenez maintenant pourquoi ce « détail »  est très controversé et pourquoi je vous conseille de bien vous renseigner avant d’arrêter votre choix sur tel produit ou tel contenu. Si ce n’est mon expérience personnelle via l’utilisation de ma liseuse, je n’ai pas la légitimité ni les connaissances nécessaires pour entrer dans les détails techniques et juridiques de ce vaste sujet.

Je vous invite donc à faire des recherches sur internet pour approfondir.

Ci-dessous, quelques sites qui savent très bien parler des DRM :

  • Korben.info  (Méthodes et astuces pour contourner les pièges des DRM incluses)
  • APRIL (Association pionnière du logiciel libre en France)

Des questions sur ma liseuse, son achat,son utilisation ? Un avis à partager sur la lecture numérique en général ? N’hésitez pas ! L’espace commentaires est fait pour cela.

A très bientôt !

Geekeries… « INGRESS » (Jouez, bougez !)

Je n’ai jamais été une mordue de jeux vidéos (à part les Sims) , mais depuis plusieurs mois le Cupidon du “Game” a touché mon petit cœur !

A ma connaissance, jamais aucun jeu n’a su s’immiscer aussi loin dans la vie réelle  que celui dont je vais vous parler aujourd’hui.

 

Imaginez un jeu qui s’imprégnerait de votre environnement et de votre espace temps. Que chaque millimètre d’une réalité devienne un décor et que chaque minute qui passe du jour ou de la nuit, ce jeu se poursuive avec ou sans votre participation…

Non, ce n’est pas de la science fiction. Cette technologie porte même un nom : La “réalité alternée”

Rendue possible grâce à la géolocalisation en temps réel et aux bijoux de technologie que sont devenus nos téléphones portables, Google l’a utilisé pour créer un jeu particulièrement surprenant et addictif, j’ai nommé INGRESS !

ingress-1

Oubliez les codes classiques du jeu vidéo. Levez vos fesses et prenez votre smartphone. A  l’heure où je vous parle, le géant du net a fait du globe un gigantesque terrain de jeu ! Alors c’est parti, allons conquérir le monde !

Synopsis (Source Wikipédia)

« Une nouvelle source d’énergie de nature inconnue et d’origine extraterrestre est découverte sur Terre par le Niantic project ou « projet Niantic ». Baptisée Exotic Matter (XM), sa principale caractéristique est de pouvoir contrôler les esprits des êtres humains. Deux factions naissent alors au sein de la population : l’Englightenment composée des Enlightened ou « Éclairés », qui cherche à promouvoir la XM pour faire passer l’Humanité à un nouveau stade d’évolution et la Resistance ou « Résistance » composée des Resistants ou « Résistants », qui cherche à préserver l’Humanité de ce nouveau phénomène tant qu’il reste incompris« 

Mode d’emploi

Pour commencer à jouer il faut d’abord choisir votre camp : « Enlightened » (Verts) ou « Résistants » (Bleus) et un nom d’agent (pseudonyme), après quoi un rapide entraînement vous familiarisera avec le jeu.

Une fois sur le terrain regardez votre écran, et levez les yeux sur ce qui vous entoure. De nombreux “portails” : Bâtiments, oeuvres et autres points d’intérêts pratiques ou culturels sont à découvrir. Si votre zone de jeu n’est pas très riche en portails, il est possible d’en soumettre au Niantic Lab qui sera libre d’accepter ou de refuser s’ils ne respectent pas les condition prévues.

Le principe du jeu est de contrôler le plus de territoire possible.

Pour cela, il faut interagir avec son environnement et notamment avec les fameux “portails”.

ingress_primary-100040485-large

 

Pour rendre possible l’interaction, ceux-ci doivent se trouver dans un périmètre de 40m autour du joueur (délimité sur l’écran par un cercle). Portail gris = neutre, il est donc possible de le capturer.

S’il appartient à un coéquipier, on pourra éventuellement le modifier pour augmenter sa défense ou le lier à d’autres portails de la même couleur (dont on aura préalablement récupéré la clé) pour créer des champs de contrôle (Surface couverte par 3 portails reliés entre eux, un triangle quoi !).

Si par contre, il appartient à l’équipe adverse, il faudra d’abord le détruire en utilisant les armes à disposition dans l’inventaire afin de le capturer à son tour et gagner du terrain sur l’ennemi.

Qu’ils soient gris, bleus ou verts, on peut “hacker” chaque portail que l’on croise pour récupérer dans son inventaire un peu de matériel et la clé du portail concerné (nécessaire pour recharger un portail à distance et créer des liens). Voilà pour les bases mais les subtilités de jeu sont nombreuses, on apprend cela avec la pratique.

Plus on joue, plus on gagne des points d’expérience (AP) et plus on monte en niveau (16 au total). Il y a également des médailles à gagner, en fonction du nombre de “hacks”, du nombre de portails capturés, du nombre de jour à contrôler un portail… Ces médailles seront nécessaires dans la deuxième moitié de votre progression (Levels 8 à 16) pour pourvoir accéder aux niveaux supérieurs. Une précision : Arrivé au Level 16, le jeu ne s’arrête pas, vous serez juste un super agent reconnu par votre faction !

Alliance et solidarité

Ne soyez pas surpris si dès les premières minutes de jeu, des joueurs vous contactent.

En bas de l’écran, il y a un “chat” intégré au jeu. Sur l’onglet “All” on peut notamment voir en temps réels les actions de jeu des joueurs situés aux alentours. Sur le “Faction” seuls les joueurs de votre équipe peuvent voir les messages échangés entre vous. Vous allez de toute façon vite vous rendre compte de jouer tout seul ce n’est pas vraiment intéressant.

En tant que joueur de Level 1, il vous sera difficile de faire le poids face à de gros portails ennemis bien protégés. N’hésitez donc pas à faire appel à des agents plus expérimentés de votre équipe, ils seront ravis de pouvoir vous aider à progresser.

C’est là que le jeu prend une autre dimension et je ne vous parle plus de virtuel ni de jeu vidéo… mais de social !

Rencontre “IRL”

Je n’étais pas très à l’aise à l’idée de rencontrer un joueur “en vrai” la première fois . Puis en fin de compte, cela se passe si naturellement que l’on reprend goût à ce que j’appelle moi  le contact “spontané”… devenu rare de nos jours.

On rencontre certains joueurs par hasard, d’autres fois on se donne rendez-vous. Certains prennent le jeu très au sérieux au point d’être capable de se lever la nuit pour contrer l’ennemi dans sa stratégie… D’autres sont des gens comme vous et moi qui jouent en allant au travail, en promenant la poussette ou en sortant le chien.

Alors que je ne connaissais pas grand monde dans la ville rose, je tisse des liens avec des personnes que j’aurais pu croiser dans la rue sans un regard. C’est une petite communauté sympathique et conviviale. On fait des apéros chez les uns et des barbecues chez les autres lors desquels on parle du jeu et de milles autres choses…

Opérations

Parfois dans le cadre du jeu, on organise des opérations qui consiste à s’allier pour un même objectif. Par exemple dessiner quelque chose sur la carte en reliant des portails…. ou couvrir une grande surface sur des centaines ou des milliers de kilomètres.

Ce mois ci par exemple, la solidarité des joueurs de l’équipe adverse a permis de “peindre” à leur couleur tout l’hémisphère nord de la planète ! Une opération spectaculaire qui a nécessité 1 an de réflexion et de préparation. On est donc loin du jeu vidéo qui isole le joueur en l’enfermant dans un monde virtuel.

download_20140619_124146

Et voici, ci-dessous, quelques exemples de field-art récents réalisés en mode « cross-faction » c’est à dire par les deux équipes ensembles.

31

31/03/2014 – « 31 » – Toulouse, FRANCE

Stop War

26/04/2014 – « STOP WAR » – Kiev, UKRAINE

Regarder le « Making Off »

Final

01/06/2014 – 70th Anniversary D-Day « Land of Liberty » – Normandie, FRANCE

Retour d’expérience (subjectif !)

C’est mon chéri qui m’a fait découvrir le jeu… parce que je me moquais un peu de lui quand il me parlait de ses portails 😀

Personnellement je joue donc depuis 4 mois maintenant et je n’en démords pas. Ce jeu m’apporte beaucoup humainement parlant. Et le fait de jouer en couple rend le jeu plus accessible et plus acceptable aussi. Il fait partie de notre quotidien maintenant. Quand on sort du boulot on se retrouve parfois pour jouer, on a une course à faire, on fait un petit crochet si nécessaire, nos promenades prennent une toute autre dimension et c’est une activité de plus qui nous réunis.

Comme tout jeu en ligne, il faut bien sûr se méfier des dangers qu’il comporte : C’est à dire l’addiction et les dérives. Il ne faut pas être parano bien sûr, mais rester prudent quand on rencontre des joueurs dans la vie réelle (surtout en tant que jeune femme) et jouer avec modération car certains joueurs ont du stopper pour cause de conflit au sein de leur couple.

Je ne fais que vous mettre en garde.

Si par hasard des joueurs passaient par mon blog… ^^ :

J’aimerai lire vos commentaires, savoir ce que vous avez pensé du jeu et ce qu’il vous a apporté.

Merci beaucoup !

ingress

JE CLIQUE !

Si vous êtes curieux de découvrir « Ingress », l’appli est téléchargeable gratuitement sur le play store de votre smartphone.

Le jeu est disponible uniquement sous Androïd pour le moment, mais devrait être disponible sous iOS dans les prochains jours.